Culture hydroponique du cannabis

Bio ou hydro?

La culture BIO :

Par bio, on entend cultivé en respectant les principes de l’agriculture biologique notamment celui de n’avoir recours qu’à des engrais naturels. Chacun sait que la culture biologique donne des produits de très grande qualité et meilleurs pour la santé. En utilisant autant que possible des engrais et des terreaux de haute qualité biologique, vous obtiendrez en définitive le produit le plus pur possible. Tout ce que vous donnez à la plante finit d’une manière ou d’une autre par trouver son chemin jusqu’aux fleurs c’est à dire jusqu’aux fameuses têtes que l’on récoltera.

En cultivant avec des ingrédients bio, les têtes nous offrent le meilleur de leur arôme et de leur effet — bonus fort apprécié. C’est aussi le mode de culture le plus économique et le plus simple. La terre agit comme un tampon grâce auquel les erreurs en matière de nutrition sont plus facilement pardonnées. Il faut vraiment être très négligeant pour saborder une culture en terre. Même les novices peuvent obtenir une récolte de grande qualité en cultivant dans le support que la nature a prévu. La fibre de coco (souvent appelée la ‘coco’) est aussi un excellent support de culture, très simple à l’emploi. Cependant, il faut utiliser plus d’engrais car la coco en est dépourvue. À l’inverse, si vous cultivez dans un bon terreau de qualité biologique, tout ce que vous aurez à ajouter lors des deux semaines de croissance et des huit semaines de floraison, c’est un peu d’eau. En effet, ce type de sol regorge de nutriments.

La tâche est donc simplifiée pour l’amateur qui se lance dans la culture. Il n’a pas besoin d’ajouter d’engrais ce qui lui épargne l’écueil de la surfertilisation. Toutefois, dans les cas où les conditions sont particulièrement favorables, les têtes fleurissent si bien qu’il peut quand même valoir le coup de compléter les qualités nutritives du terreau par un petit engrais floraison. Les têtes deviendront encore plus grosses et denses.

La culture HYDRO :

L’hydro ou la culture hydroponique fait référence à une culture sur un milieu aqueux auquel on ajoute des engrais eux aussi liquides. Étant donné la quantité d’oxygène disponible dans la zone des racines, les plantes poussent très vite. Bien plus vite qu’en terre.

Mais l’investissement financier initial n’est pas le même. Il est nettement plus élevé dans le cas de la culture hydroponique : les tuyaux, les pièces d’assemblage et autres sont autant d’achats à prévoir. Il devient aussi nécessaire de contrôler le pH et l’EC. Il devient plus facile de commettre une bévue que dans le cas d’une culture en terre. Il est possible de rétablir rapidement la situation mais les choses peuvent facilement mal tourner au point que vous perdiez toutes vos plantes. Un cannabiculteur expérimenté peut faire des récoltes massives en hydro. Un système d’irrigation automatique permet de programmer un arrosage à intervalles réguliers à la suite duquel l’eau est drainée. Les plantes adorent la régularité et si on leur en offre par le biais d’un système d’irrigation automatique, elles nous en sont gré comme l’abondance de leur récolte en témoigne. On peut d’ailleurs utiliser un système d’irrigation automatique même dans le cas d’une culture en terre. L’équilibre parfait entre la bio et l’hydro est possible.

Du fait des chances de réussite élevées à l’issue d’une culture en terre, je vous conseille de commencer par ce mode de culture. Une fois que vous aurez acquis une certaine expérience, surtout ne vous privez pas d’expérimenter l’hydro. J’ai connu un cultivateur en hydro qui est revenu à la culture en terre après quelques pannes électriques, histoire d’être moins dépendant de l’énergie électrique. Réfléchissez bien avant de vous lancer !